Un monde ou la frontière entre le réel et l'irréel n'existe pas.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Endless ~ Prio Lucian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashamed Lord
Admin
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: « Endless ~ Prio Lucian   Lun 25 Nov - 20:04



ENDLESS
« Tout est relatif, excepté l'infini. Notre histoire n'est pas relative. »

J'essaye de trouver de l'aide en lui, le seul qui puisse calmer la douleur en moi, mon meilleur ami. J'essaye de l'appeler, mais il ne répond pas. Je l'appelle, crie, mais il n'est plus là. Et je suis seul, terriblement seul. Le duo Médicis m'a tourné le dos, au revoir les Médicis.

Cette lugubre forêt est un endroit parfait pour le sombre étalon bai qui se faufile entre les troncs courts et épais, dont certains semblent sinistrement craquer sous le poids des âges. Certains d'entre eux bien que centenaires étaient pourtant plus jeunes que lui, tandis que d'autres étaient plus vieux encore et déployaient de plus belles branches d'année en année. Crisis Core, lui, à leur contraire, s'enfonçait dans un état d'esprit de plus en plus lugubre. Il nourrissait un amour certain pour les murmures de la Rivière Hurlante et galopait souvent au coeur du Cimitière dans l'espoir d'y croiser les fantômes de ceux qu'il avait tué en toute connaissance de cause et parfois même avec une sauvagerie rare.

Cette nuit était pourtant une autre nuit. C'était l'une de ces rares nuits où son passé le hantait, où son coeur saignait des ravages de ses anciens sentiments, ceux qu'il avait depuis enfermé à double tout au fond de lui et qu'il laissait pourrir là. Ces mêmes sentiments qui l'avaient pourtant poussé en territoire Solstice, là où il risquait sa vie malgré tous ses atouts. Mais aussi là où il aurait le plus de chance de croiser cet autre étalon chef, le seul pour qui il ait encore un intérêt sincère.

Ils étaient deux des plus puissants vampires de leur temps et ils étaient aussi étroitement liés que tout les opposait. En temps normal, ils se tenaient à distance, mais quelque chose poussait aujourd'hui Crisis vers son meilleur ennemi. L'instinct peut-être. Ou un besoin irrépressible, un besoin qu'eux seuls pouvaient comprendre et rassurer.

_________________
THE SHADE 
Il est certes effroyable de vivre quand on n'y arrive plus, de mourir quand on préférerait vivre .. mais ne serait-il pas plus épouvantable encore d'être immortel quand on mériterait de mourir ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Evangelyn
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 10/11/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Mar 26 Nov - 16:49

La nuit était pourtant bien avancée, mais cela n'arrêtait pas Lucian. Le grand mâle noir marchait lentement au beau milieu de la forêt, à la recherche d'éventuels intrus. Bien évidemment, les visites était autorisées sur toutes les terres, mais comment réguler la population de vampires si personne ne prenait le soin de patrouiller pour vérifier qu'aucun Solis n'était de sortie à cette heure ? Comment éviter une guerre si un Lunaire ou même un Solstice mal intentionné décidé en cette heure de mettre le chaos dans tout le pays ? La solution était là : veiller et punir lorsque cela était judicieux. Cependant aujourd'hui, quelque chose semblait être différent. Suite à sa rencontre avec Blood, Narsil commençait à se demander si Crisis n'était pas en train d'élaborer un plan pour pénétrer au plus profond des terres Solstice pour aller y trouver Renza, qui continuait à se cacher, malgré le fait qu'elle n'aie techniquement plus grand chose à craindre de Core. Quoique que.

Continuant sa marche silencieuse durant quelques minutes, Lucian se rendit enfin compte de ce qui clochait. Car non loin de sa position, une silhouette bien connue se mouvait en silence, sans doute à la recherche de sa prochaine victime. Déglutissant sa salive d'une manière décidée, l'ébène se mit en route, marchant silencieusement en direction de la forme équine qui se dessinait de plus en plus nettement dans la nuit. Mais l'étalon noir n'avait pas besoin de voir pour savoir qui c'était : car après plus de 400 ans vécu avec This, il n'avait plus besoin de le voir pour savoir que c'était lui. S'approchant alors du grand bai, Luce le salua avec une douce brise, qui leur soulevèrent les crins, tout en douceur. Cette nuit allait encore être haute en couleurs.

« Bonsoir, This. » Fit doucement l'ébène, en regardant son ami droit dans les yeux. Ami. Ceci était un bien grand mot pour qualifier leur(s) relation(s). Le passé était ce qu'il était et il ne pouvait malheureusement plus être changé. Mais l'avenir s'étendait devant eux, à perte de vue et infini. Pourquoi fallait-il que Crisis continue à nourrir sa haine pour sa famille, jusqu'à vouloir tuer son ex-compagne ? « Comment vas-tu depuis la dernière fois ? » Car en effet, leur dernière rencontre datait. Dix, vingt, trente, quarante ans ... Narsil ne savait plus et n'avait pas envie de savoir.

Car désormais, tout ce qui comptait, c'était l'instant présent. Tu me hurle ta douleur, tu me supplie de lui faire changer d'avis. Mais je n'ai aucune prise sur elle, This. Je ne puis décider à sa place ni même l'obliger à t'aimer. Tu le sais. Je ne te tourne pas le dos mon ami. Non, je dirais plus que je suis dans une impasse. Un dilemme. Je t'en supplie, ne me demande pas de choisir entre elle et toi !

_________________
H E ' S  W E R E  B E  M Y  S I D E

Blue Evangelyn
When you feel my heart, look into my eyes, it's where my demons hide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medicis-shadow.forumactif.org
Ashamed Lord
Admin
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Mer 27 Nov - 11:08

Leur route est destinée à se croiser et se recroiser, un jour ou l'autre. Parfois dix ans les séparent, parfois quarante et qui sait, peut-être plus ? Pour eux ce n'est que quelques années et lorsqu'ils se retrouvent, c'est comme si rien n'avait changé. Pour Crisis, la trahison datait même d'hier. Il se souvenait de cette période comme si elle avait eu lieu la vieille. Il se souvenait de la façon dont son monde s'était écroulé, dont son être s'était brisé. Mais, grand bien en fasse à son entourage, il renaquit de ses cendres. Plus fort, plus puissant, plus fourbe aussi, plein d'une haine incontrôlable.

Un combat était inévitable et tu le sais. Tu l'as cherché, n'est-ce pas ? Tu avais dis, promis, que nous serions toujours comme des frères. Mais tu m'as trahis et je ne peux te le pardonner. Tu dois en payer les conséquences. Je suis désolé, nous ne sommes plus amis, je n'ai plus aucune raison de t'épargner ..

Les années lui avaient ensuite appris à se contrôler. Lorsqu'il frappait, il frappait fort. Lorsqu'il frappait, il se loupait rarement. Surtout, il prenait le temps de réfléchir, de préparer sa vengeance. Mais plus important encore, après ce violent combat qui vous a opposé il y a maintenant de longues années, plus aucune rencontre n'a été si sauvage, si pleine de haine et de détresse mêlées. Crisis a cessé de te sauter à la gorge.

Une brise soulève ses crins. Il sait déjà que tu es là, tu ne fais que confirmer son pressentiment. Alors il tourne la tête vers toi, t'observant d'à travers les grands pins.

« Bonsoir, mon cher Luce. Je crains d'être au meilleur de ma forme, ces temps-ci et d'avoir des tas de projets à réaliser. » L'ironie pointe en cette voix froide et presque monocorde, qui ne dévoile rien encore. Cette voix qu'il n'emploie que pour les inconnus ou ceux qui ne l'intéressent pas. Comme si vous n'étiez rien, alors que vous êtes tout.

« Approche-toi dont, je ne mords pas. » Et tu dois sentir en toi le poison de son pouvoir qui coule dans tes membres. Cette fois sa voix s'est faite plus amicale, presque envoûtante, jouant sur tes sentiments. Oh tu sais que tu n'as rien à craindre de lui, pas aujourd'hui en tous cas, pas maintenant et c'est bien ce qui donne de la force à son pouvoir. Mais ce ne sont que quelques pas, à peine quelques secondes de connexion ; pour jouer, rien de plus.

« J'espère que tu n'es pas venu me dire de partir. Ce serait dommage de clore si vite une rencontre qui promet d'être si réjouissante, après tout ce temps .. »

_________________
THE SHADE 
Il est certes effroyable de vivre quand on n'y arrive plus, de mourir quand on préférerait vivre .. mais ne serait-il pas plus épouvantable encore d'être immortel quand on mériterait de mourir ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Evangelyn
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 10/11/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Mer 27 Nov - 11:30

Vile créature. Les réponses du bai se font de plus en plus insistante et tandis qu'il s'approche de quelques pas, le grand noir résiste, du mieux qu'il peux. Un pas. Puis deux. Et enfin, contre toute attente, Lucian s'immobilise, le regard rivé sur son ennemi. « Cesses donc de jouer à cela avec moi, This. Tu sais pourtant que tu n'as aucune emprise sur mon esprit alors range cette langue de serpent je te prie. » Le vent de fait plus fort, mais seulement sur Crisis, qui allait bientôt devoir ployer l'encolure pour résister à une telle bourrasque. Car tout autour deux, les branches crient, se tordent et cassent, pour tomber au sol tels de vulgaires cadavres auxquels personne n'accorderait de regard. Un bref soupir s'échappe des lèvres de Narsil, tandis qu'il ordonne silencieusement au vent de se taire. À quoi bon continuer cette comédie encore et encore ? À quoi bon se battre si l'issue reste encore la même après toutes ces années ?

« C'est pourtant ce que je vais te demander, Crisis. Tu sais pourtant que tu n'as rien à faire ici à une heure pareille. » Le ton est calme, la voix intransigeante. Leurs puissances respectives sont telle qu'elles ne font que s'annihiler. Silencieusement, Lucian jauge son ancien ami, mais il sait que cela ne sert à rien : ce soir encore, Crisis repartira chez lui sans avoir pu déclencher quoi que ce soit. « Il est encore trop tôt pour toi et tu le sais. Toute cette rancune, cette rengaine depuis tant d'années ... Ne te sens tu pas fatigué ? » Mais l'ébène connais déjà la réponse. Il l'a apprise par cœur.

À qui parles tu de trahison mon frère ? Ce n'est pas moi qui ai le pouvoir de manipuler le monde. C'est toi. Renza à toujours été insensible à ton pouvoir et cela te met en rogne, car tu as peur de la perdre. Ne fait pas de bêtise, Crisis, je t'en supplie. Tu sais pourtant que je ne pourrais pas faire de choix entre vous deux. J'en suis incapable.

« Tes projets ne te mènerons qu'à te perte mon ami, car quelque chose d'encore plus dangereux guette. » Quelque chose de grave. Quelque chose qui pourrait mettre en péril tous les êtres vivants de ce pays. « N'as-tu donc pas remarquée cette étrange atmosphère ? » Narsil s'approche encore, mais de son propre chef. Trois pas. Le voici maintenant près du bai, le dépassant aisément d'une bonne tête. Leurs naseaux pourraient si aisément se toucher, mais Lucian s'y refuse.

Les terres de Médicis Shadow sont en danger et tout ce que Core trouvait à faire c'était de mettre à flot ses projets de vengeance. « Tu ne pourra jamais tuer Renza et pourtant, tu t'évertue à la retrouver. Quel but pathétique ... » Provocation ou simple déduction ? La réponse risquait d'être corsée, mais Narsil y était préparé.

[Nul sorry]

_________________
H E ' S  W E R E  B E  M Y  S I D E

Blue Evangelyn
When you feel my heart, look into my eyes, it's where my demons hide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medicis-shadow.forumactif.org
Ashamed Lord
Admin
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Mer 27 Nov - 13:01


    [ Tu dis n'importe quoi. ♥ En revanche, moi .. x) ]


L'issue sera toujours la même, tu as sans doute raison. Vous êtes à forces égales toi et lui. L'un manipule les éléments, l'autre peut manipuler l'esprit du premier pour qu'il cesse son manège. C'est peut-être bien un combat sans fin et certainement pas un combat à mort. Car si une chose est sûre, c'est qu'aucun de vous deux n'est capable de tuer l'autre. Est-ce seulement une question de force et de pouvoir ? À vous de répondre à cette question.

Même si Crisis doit résister à la force du vent en se campant fort sur ses quatre membres, résistant par puissance et par volonté à ployer l'encolure, refusant de lâcher ton regard et de baisser les yeux face à toi, il sait parfaitement que tu ne cherches pas à l'envoyer dans le décor, pourtant funèbre. Il sait que tu ne veux pas le tuer et devines même que tu te lasses de plus en plus vite de votre petit jeu. Quel dommage.

« J'ai toute la vie pour être fatigué et la moitié de la journée pour me reposer, je ne suis pas comme toi, Lucian. L'aurais-tu déjà oublié ? » Manipuler les esprits, manipuler les mots, c'est à peu près la même chose et le Lunaire excelle en la matière. Tu aurais tord d'espérer qu'il soit fatigué car si les journées lui donnent le temps de se reposer, elles lui donnent aussi tout le temps de nourrir sa rancune et de fignoler ses projets de vengeance.

Tu as fais un choix, que tu le veuilles ou non. Tu as préféré te tourner vers elle et, de ce fait, tu m'as tourné le dos. On ne tourne pas le dos à un ami, tu sais. Tu me disais que j'étais ton frère, mais c'était faux. Regarde-nous Luce et regardez-vous. Vous êtes les Médicis, vous êtes parents. Je suis un Shadow, je ne vous ressemble pas et je ne vous ressemblerais jamais. Que dis-je ? Je ne suis même qu'un Shadow, n'est-ce pas ?

Tu es juste devant lui et chaque pas qui t'a rapproché a fait se dresser son encolure. Tu as toujours été plus grand, plus costaud, plus jeunes tu as parfois veillé sur lui. Mais ce temps-là est révolu, aujourd'hui il n'a plus besoin de toi, ce sont les autres qui demandent ta protection tandis qu'il est le bourreau. Il a bien changé tandis que tu es resté le même. Tu te soucies toujours du reste du monde tandis qu'il ne s'inquiète que de lui. « En quoi cela devrait-il me perturber ? J'ai survécu à tout, même à toi, alors le monde ne m'atteindra pas maintenant. » Et pourtant, est-il honnête ? Peut-il réellement dire qu'il n'a pas senti ce changement étrange dans l'atmosphère ? Il n'en est pas certain. Peut-être est-ce seulement le fruit de son imagination ou la réminiscence de ses sentiments profondément enfouis et pourtant toujours existants. Peut-être est-ce seulement ta présence qui provoque tout cela et que demain, ce sera comme si rien n'avait existé.

Car tu ne le laisses pas aussi froid que le marbre. À l'intérieur, tu le sais, tu le remues. Tu le lis dans ses yeux sombres aujourd'hui teintés de ce bleu azur si particulier. Tu vois à l'évocation de Renza que tu as touché un point sensible ; il en a toujours été ainsi. Elle est le centre de votre premier épilogue.

« Esperanza .. Ce nom semble lui brûler les lèvres, avant de se transformer en cendres dans sa bouche. Renza et moi sommes quittes pour l'instant. Dark est mort. »

L'étalon bai renâcle puis secoue sa longue crinière avant de faire un pas sur le côté, puis deux, s'éloignant de toi en arc de cercle, comme s'il cherchait à disparaitre dans ton dos. Il sait que tu ne le laisseras pas faire, alors il s'arrêta et claque son antérieur sur une grosse branche morte, qui se brise dans un craquement sinistre.

« Et si tu doutes de ma capacité à la tuer, pourquoi la caches-tu depuis de si nombreuses années ? » Cela le fait presque rire. Vous savez tous deux qu'il peut la tuer ou la faire tuer, si seulement son désir se fait véritable ; alors ne t'évertues pas à prétendre le contraire. « Elle se planque comme une froussarde et tu la protèges comme si elle était une incapable. C'est vous qui êtes pathétiques, à fuir sans cesse. »



_________________
THE SHADE 
Il est certes effroyable de vivre quand on n'y arrive plus, de mourir quand on préférerait vivre .. mais ne serait-il pas plus épouvantable encore d'être immortel quand on mériterait de mourir ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Evangelyn
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 10/11/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Mer 27 Nov - 13:42

Mes choix ne sont pas les tiens. C'est toi qui est partit alors même que je ramassait Renza à la petite cuillère. C'est toi qui a tué Dark, pas moi. Tout ceci est de ta faute et même si tu essaye de tout me mettre sur le dos, jamais je ne ploierais. Car je connais la vérité. Elle se nomme Jalousie et te ronge depuis si longtemps que je me demande encore comme tu fais pour vivre avec ça. Tu clame avoir changé, mais je vois dans tes yeux que tu l'aimes toujours autant. Comme un fou. Un désespéré. Voilà ce que tu es.

Lucian renâcla, tout en suivant son ami du regard. « Je n'ai rien oublié This. Je n'ai rien oublié de notre passé. C'est toi qui oublie que tu n'es pas seul. » Le frison se retourne et fait à nouveau face à son adversaire, qui n'aurait jamais du en devenir un. Mais la vie est telle qu'elle est et les traditions ne peuvent que perdurer. Les Shadow sont maudits, tout le monde le sais. Tu les as maudis. Les meurtres. Les ambitions dévorantes, puis la haine et la jalousie. Personne n'a jamais cru que tout était de la faute de Narsil, puisqu'il a essayé de sauver sa sœur et son frère de cœur. Mais il a évidemment fallut que ce dernier lui tourne le dos en le rendant responsable de sa déchéance.

« Ton monde est en grand danger et tu ne souhaite qu'assouvir des desseins. Es-tu réellement digne d'être le dominant des Lunaire ? Vas-tu te protéger toi au lieu de protéger ton peuple comme tu devrais le faire ? » Le monde gronde et menace les vampires et leurs proies et tout ce que le bai trouvait à faire, c'était de se pavaner en hurlant au monde que c'était lui le grand méchant de l'histoire, le plus puissant de tous. Un sourire s'échappa des lèvres de Lucian lorsque le nom de sa sœur vint poignarder son interlocuteur. Il avait vu juste. « Tu l'aimes encore. » La sentence tomba, telle un gong sonnant la fin d'un personnage condamné à mort. S'approchant à nouveau de This, l'ébène écrasa à son tour une branche, qui craqua sous sont poids.

« Ton pouvoir ne t'es plus d'aucune utilité ici Crisis. Jamais tu ne saura où elle se trouve. » Abominable traître. Car au fond de lui, Narsil en voulait à son frère. Il lui en voulait d'avoir détruit la vie de Renza, de l'avoir détruite elle. Par jalousie. « Lui avoir brisé le cœur une seconde fois ne t'as donc pas suffit ? Il faut que tu voue ta vie à la traquer. » Dark n'avait jamais été dans les favoris de la douce noiraude, bien loin de là. C'est à cause de toi qu'elle est partie avec lui. Cette pensée ne cessait de lui revenir à l'esprit, mais Luce se retenait de le lui dire. À quoi bon essayer de sauver cette âme depuis trop longtemps plongée dans la noirceur ? Se battre pour son salut ne servait plus à rien. « Elle se cache de toi. Te ta cruauté et de ta noirceur. Dark n'est pas ton premier assassinat. Ce n'est pas ça qui t'a fait devenir ce que tu es, ni même le fait qu'elle soit partie avec lui. »

La vérité, que seule sa cadette pouvait connaître. Cette vérité beaucoup plus douloureuse qu'aucune autre, beaucoup plus douloureuse que le souvenir du seul meurtre que Lucian avec commis de toute sa vie. Bien plus dur que de se rendre compte qu'on a tuée sa bien aimée. « Elle t'a vu tuer mon fils. » Coups de massue.

Tu sais, je ne t'en ai jamais voulu This. Jamais. Tu m'étais trop précieux. Car à travers moi, tu mis fins au jours de ma femme. Elle se mourrait, après l'assassinat de notre enfant. Et Renza était là, elle aussi. Elle a tout vu. Ta cruauté, ton sadisme. Elle t'a vu te repaître de mon sang. Alors pourquoi n'essaye tu pas de sortir ? Une partie de moi coule dans tes veines. Mais tu ignore encore que le soleil n'a plus d'emprise sur toi, n'est-ce pas ? Tu l'a brisée, effrayée et tu m'en tiens responsable. Tu n'est qu'un Égoïste, This.

_________________
H E ' S  W E R E  B E  M Y  S I D E

Blue Evangelyn
When you feel my heart, look into my eyes, it's where my demons hide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medicis-shadow.forumactif.org
Ashamed Lord
Admin
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Jeu 28 Nov - 14:55


Si tu crois j'ai tout oublié, tu te trompes, mon ami. Bien sûr que je n'ai rien oublié, du bon comme du mauvais. Je me souviens de ce temps perdu où nous étions les meilleurs amis du monde, où avec Renza nous formions un trio presque parfait. Vous étiez la famille que je n'ai jamais eu et vous étiez tout pour moi. Mais je me souviens aussi de chacun de vos abandons. Je me souviens de la trahison et de la douleur que vous m'avez causé. Je me souviens avoir appelé à l'aide et de n'avoir eu aucune réponse .. Pourquoi n'êtes-vous pas venus ?

Il ne prend pas la peine de répondre ; que pourrait-il bien répondre ? Il est seul, depuis de longues années maintenant. Tu dis qu'il ne l'est pas mais c'est facile pour toi. Tu as tous ceux que tu veux, par le naturel et non pas par le pouvoir .. et tu as Esperanza. Lui n'a plus personne depuis longtemps, son coeur s'est fermé et il a appris à haïr le monde, pas à l'aimer. Il a oublié comment ça fonctionne, tu comprends ? La haine a engendré la haine, la colère a nourri la colère ; rien de moins, rien de plus. Oh bien sûr il a choisi de vivre ainsi et la douleur qu'il a lui même causé est souvent le fruit de son manque d'empathie et de son pouvoir maléfique, mais toi qui le connait sans doute mieux que quiconque .. Es-tu prêt à affirmer qu'il se complait ainsi, qu'il est heureux ?

En revanche il ne peut se taire quand on l'accuse. Quand tu mets en doute sa valeur. Les Lunaires sont assez grands pour se protéger eux-même, quoi qu'en pensent les Solstices, il n'a pas besoin de les baby-sitter. S'occuper de ses terres, veiller aux frontières, c'est déjà bien assez pour lui. « Je serais présent en temps voulu, lorsqu'ils auront besoin de moi. Je suis là lorsqu'ils le demandent. Ne te permet pas de juger de mon rôle de Dominant, si je suis encore à cette place, c'est parce que je la mérite. » Ou parce qu'il leur fait peur, peut-être. Parce qu'il a toujours déjoué quiconque voulait cette place, parce qu'il est d'une tyrannie sans pareil si l'on cherche à l'en déloger. Oui, peut-être est-ce vrai, mais il n'abandonnera pas les Lunaires pour autant, il ne sauvera pas sa vie contre la leur le moment venu. Pour la simple et bonne raison qu'eux et lui son pareils sur un point majeur : ils sont les vampires de bas-étages, ceux qui ne peuvent sortir que la nuit, ceux qui ne font pas le poids, ceux qui doivent rester dans l'ombre. Et parce qu'il ne gagnera pas cette guerre sans eux.

Mais tout cela, ce n'était rien finalement. Rien à côté de la douleur que tu provoques et de la colère froide que tu réveilles. « Comment oses-tu .. » Comment peux-tu lui jeter ça au visage, tout en sachant pertinemment que tu le fracasses au fond de lui. Non, il ne l'aime plus ! Bien qu'il ne l'aime plus, après tout ce temps .. Il veut seulement se venger, tu ne comprends donc pas ? Pourquoi dois-tu encore une fois remettre cet amour sur le tapis, alors que cet abominable amour est la cause de tout ? L'étalon bai ploie cette fois, reculant d'un pas lorsque la branche craque sous ton sabot. Tu es trop prêt et il croit qu'en s'éloignant, la cruauté de ta voix l'atteindra moi. Mais il a tord, le couteau remue malgré tout dans la plaie. Et ses yeux se vrillent de colère, son sang bat à ses tempes. Il aimerait te réduire en cendres, si seulement ..

« Tu parles de son coeur, a-t-elle pensé au mien ? » Il crie d'une voix sourde de douleur et de colère, maitrisant tout à coup mal ses émotions. Il n'y a que toi pour faire tomber son masque, que toi pour le faire arriver à de telles extrémités. Tu tapes où ça fait mal, tu l'accuses d'avoir détruit ce à quoi il tenait tant. « Je ne la traque pas, je n'ai pas que cela à faire, m'occuper d'elle toute ma vie durant .. » Tente-t-il alors de rattraper d'une voix plus égal en grattant le sol mousseux de son sabot, arrachant quelques mottes vertes. Pourtant vous savez aussi bien l'un que l'autre qu'il la cherche, depuis de longues années maintenant, depuis ce fameux soir où elle s'est enfuie pour ne plus jamais repaitre. Ca fait si longtemps maintenant qu'il ne l'a pas même aperçu ..

Il t'écoute. Il n'a pas envie mais il n'arrive pas à fermer ses oreilles. Il ne désire que s'en aller mais comment prendre le parti de te tourner le dos, lui qui est si fier. Alors il t'écoute et en pâtit au fond de lui. Il se dit qu'il n'aurait pas du venir chercher, il se demande quel démon en lui a bien pu le pousser à te chercher. Il aurait du passer sa nuit à galoper pour évacuer, non pas à te retrouver et à entendre de si dures paroles. Renza le déteste, n'est-ce pas ? C'est cela que tu lui dis. Et pire, qu'elle a peur de lui. Il en était déjà conscient, tu sais, mais comment pourrait-il se résoudre à voir la vérité en face ? « Je te hais Lucian » murmura-t-il alors comme si ça pouvait le délivrer, comme si ça pouvait te faire taire, comme si ça pouvait mettre fin à cette torture.

Mais le frison ne semble pas l'avoir entendu. Il semble lui-même perdu dans ses réflexions, dans ses souvenirs. Il semble ce soir décidé à tout lui rejeter en pleine figure. Ca faisait longtemps que tu attendais ça, n'est-ce pas Lucian ? Si longtemps que tu n'as pas dis le fond de ta pensée. Ton fils. Voilà donc le prochain épisode à revoir.

« Tu sais parfaitement pourquoi je l'ai tué. »

Le grand étalon semble reprendre de l'aplomb.

Tu dois mettre fin à ses jours, Luce, tu n'as pas le choix. Tu es le mieux placé pour le savoir. Je sais que c'est ton fils mais tu auras toute la vie pour t'en remettre, pour en avoir d'autre. Je sais, c'est cruel, mais si tu ne le fais pas, je le ferais. On a pas le choix, mon ami, réfléchis bien et tu comprendras.

« Tu refusais de le faire. Si je ne l'avais pas fait, il se serait tué lui-même et qui sait qui il aurait tué avant ce jour. Il ne se contrôlait pas. »

Mais Crisis sait que tu ne parles pas que cela. Il le sent. Il voit dans ton regard qu'une pièce du puzzle manque et il croit comprendre. L'assassinat, Renza, le poulain .. Es-tu en train de me dire qu'elle était là, elle aussi ? Es-tu en train de me dire qu'elle m'a vu faire la pire horreur de toute ma vie ?

_________________
THE SHADE 
Il est certes effroyable de vivre quand on n'y arrive plus, de mourir quand on préférerait vivre .. mais ne serait-il pas plus épouvantable encore d'être immortel quand on mériterait de mourir ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Evangelyn
Admin
Admin
avatar

Messages : 238
Date d'inscription : 10/11/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Ven 29 Nov - 10:46




L'étalon leva les yeux au ciel. « Méritée, ta place ? On ne mérite pas une place en montant un coup d'Etat This. » Répondit l'ébène, tandis que le bai reculait, perturbé. Il était facile pour Lucian d'entendre le cœur de son frère accélérer, de sentir son sang battre ses tempes. Crisis avait toujours été doué pour manier les mots et obtenir ce qu'il voulait aisément. Mais ici et maintenant, ce n'était pas le Manipulateur qui savait trouver les bon mots. Et il se retrouvait maintenant dans une bien mauvaise position. Tu as peur Crisis. Tu as peur d'apprendre la vérité, alors tu te caches. Mais où se cacher lorsque plus rien ni personne ne le peux ? On se cache derrière la haine et la rancune. Le noir continuait d'avancer à mesure que Core reculait. Il était si facile de lire la douleur dans ses prunelles sombres, la douleur et l'affolement, le déni. « Ce n'est que la vérité. Tu l'aimes tellement que tu ne sais plus quoi faire pour te convaincre que c'est faux. Je sais que tu as tout essayé. Alors maintenant, il ne te reste plus que cette haine et cette rancune pour te sauver. » Ces sentiments, Luce les connaissait aussi. Sauf que lui, il n'aurait plus jamais la chance de se racheter. De la revoir. De la serrer tendrement contre lui.

Car il l'avait tuée. Elle était morte et plus rien ne pourrait changer ce qu'il s'était passer. Pas même son repentir le plus profond et la douleur qui lui rongeait le cœur depuis si longtemps. S'arrêtant finalement en même temps que Crisis, l'ébène plongea son regard doré dans le sien. « Me haïr n'y changera rien. Car tout est de ta faute. Tout. » La vérité était en train d'éclater au grand jour. Cette vérité si difficile à entendre et à supporter. La rancune qui était en train de tuer Lucian à petit feu, ce manque qui l'anéantissait depuis quelles centaines d'années. Ronflant bruyamment des naseaux, le frison entrepris de reprendre ses esprit, mais n'y arriva que partiellement, car son cœur explosait. C'était la rencontre de trop, la confrontation ultime.

Ne pas être venu. Mais je suis venu This ! Je suis venu mais tu ne m'as pas écouté. Tout ce que tu voulais, c'était elle. Tu pleurais, tu hurlais ta douleur. Et tu à juré que tu le tuerais. Que te le forcerait à mettre fin à ses jours, que tu ferais en sorte qu'il meure en regrettant de t'avoir pris Renza. Ce jour là, je t'ai caché certaines choses. J'ai fait l'erreur d'essayer de te protéger, d'essayer que jamais tu apprenne la peur qu'elle nourrissait à ton égard, malgré tout l'amour qu'elle avait pour toi. Mais aujourd'hui, je me rend compte que tout ceci n'a été que vaine tentative pour me convaincre moi. Pour me dire que tu était le seul fautif. Je me suis bercé d'illusions. Le tyran dans l'histoire, ce n'est pas toi, mais moi. Tout est de ma faute.

« Ton cœur ... Existe-t-il encore où l'a tu fait taire le jour ou tu as sauvagement assassiné ton neveux, Crisis ? » La question était si dure et rappelait tellement de souvenirs douloureux qu'il en devenait difficile pour Narsil de rester maître de lui même. « Là aussi tu fais erreur mon frère. Tu penses tellement à Renza que tu en es réduit à essayer de m'éliminer, m'écarter du chemin pour pouvoir librement accéder à mes terres pour l'y traquer tranquillement. » À nouveau, Luce s'approcha du bai. Mais cette fois-ci, il ne s'arrêta pas avant le contact, mais alla directement le chercher. Son cœur battant la chamade, son esprit bouillonnant de centaines de souvenirs douloureux. Et alors, sans prévenir, l'ébène déposa son front contre celui de son frère de cœur et ferma les yeux, expirant longuement et lentement. « Moi aussi je te hais This. Je te hais tellement que j'en suis devenu incapable de te supprimer de ma vie. » Car le bai était la dernière chose qui raccrochait encore Lucian à la vie.

S'écartant finalement de son ami, l'ébène replongea ses prunelles mordorée dans celles du bai, pour écouter ses dernière paroles. Et secouer négativement la tête. « Tu avais le pouvoir de l'aider. Tu pouvais le sauver. Mais tu as préférer le tuer. Et détruire Sonja. » Nouvelle sentence. Nouveau gong. Les grandes vérités de ce monde re-fesaient finalement surface, après tant d'années à rester terrées dans les cœurs de l'un et de l'autre. Le Choc des Titans. Voilà ce que cette nuit était. La fin d'un règne, le début d'un autre. Et tandis que les deux plus puissants vampires de ce monde continuaient de se haïr l'un l'autre pour leurs actes passés, une Ombre s’immisçait peu à peu dans leur monde. Destructrice et Violente, elle semblait ne vouloir qu'une chose: éradiquer toute vie sur Medicis Shadow. « Renza t'a vu, This. Elle t'a vu l'attirer loin de sa mère. Loin de moi. Alors elle t'a suivit. Elle a assisté, impuissante, à ta sauvagerie. Tu lui a tranché la gorge et tu l'à regardé agoniser à tes pieds en souriant, avant de te repaître de son sang. » Comment crois-tu qu'elle pourrait à nouveau avoir confiance en toi après tout ce que tu l'a forcée à endurer mon frère ?

« Suite à ça, Sonja à sombré. Elle voulait mourir. Tous les jours, une nouvelle tentative. Puis j'ai craqué. Ce jour là, souvient toi. Les catastrophes. Les tremblements de terre, les nombreuses tornades et l'Ouragan. Ce jour là, je l'ai tuée. Ma colère et mon pouvoir se sont alliés et ont tués des centaines de chevaux. Sonja y compris. » Lucian était sur le point de craquer et il était facile de voir sans ses grand yeux doré la douleur qu'il transportait depuis toutes ces années. La rancœur et les regrets. Le manque et le deuil. Deuil qu'il n'avait toujours pas réussi à faire.

Tu pouvais l'aider et toi tu as préférer le tuer. Le supprimer sauvagement comme s'il n'était rien d'autre qu'un danger du plus. Comme s'il n'avait aucune importance à tes yeux. Comme s'il ne devait jamais avoir existé. Tu ne connais pas la mort This. Tout du moins, tu ne connais pas la perte d'un être cher. La perte totale et irréversible. Et tu trouves encore le moyen de me reprocher ta situation ? Non This. Tout ceci n'est que le fruit de ta cupide cruauté et de ton esprit tourmenté. Rien de plus. Ce n'est pas toi qui devrais me haïr. C'est moi qui devrais te haïr et à tout prix chercher à te supprimer. Or, je ne veux qu'une chose : que tu reviennes à mes côtés comme autrefois. Comme si rien de tout cela ne s'était passé.

« Aujourd'hui encore, je peux entendre les pleurs de Sonja, les cris de Renza. » Et c'est ça, plus que tout autre chose, qui me détruit, qui te détruit.

_________________
H E ' S  W E R E  B E  M Y  S I D E

Blue Evangelyn
When you feel my heart, look into my eyes, it's where my demons hide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medicis-shadow.forumactif.org
Ashamed Lord
Admin
Admin
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Relations:

MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   Sam 30 Nov - 17:40


    « Chill out, what you yellin' for
    Lay back, it's all been done before
    And if you could only let it be
    You will see
    I like you the way you are »


Non il ne l'aimait pas, ou plus si l'on voulait être exact. Il avait eu de longues années pour l'oublier, n'est-ce pas ? Tu n'as pas eu assez le temps de l'aimer au grand jour, Crisis .. Pourquoi ses sentiments n'auraient-ils pas pour autant changé depuis tout ce temps ? Parce que votre amour n'a jamais eu l'occasion d'être consumé, tu le sais mieux que personne .. Alors oui, bien sûr qu'il l'aimait toujours mais qu'il préférait entendre le contraire, que depuis bien longtemps maintenant il se voilait la face. C'était plus facile d'avancer ainsi, plus facile de rejeter la faute sur les autres, plus facile de se dire que tout est fini. Finalement tu es bien peu de choses, Crisis et s'il y a bien une chose que tu es, c'est un lâche.

« Tais-toi, tu ne comprends rien ! » S'il croit vraiment que ces simples mots peuvent le sauver de la dure réalité, il se trompe. S'il croit te faire taire, il sait d'avance qu'il se plante lourdement. Mais il ne peut s'empêcher de parler, d'extérioriser ce qui se passe au fond de lui, ce que son cœur lui crie. Tais-toi, tais-toi, je ne veux pas me souvenir ! Il essaye désespérément de fuir face à l'échappée de son amour pour Renza, aux douloureux rappels de ce temps où il avait encore le droit de la courtiser et de l'aimer. Où elle ne le regarderait pas avec de l'horreur et de la crainte au fond des yeux. Parce qu'il savait que jamais, ô grand jamais, il n'aurait la possibilité d'être pardonné.

Ni de la jument qui hante depuis longtemps son esprit, ni de toi, son meilleur ami, son frère de cœur. Il ne peut être pardonné et ne le mérite pas, il le sait bien au fond de lui et il a la sensation de le lire au creux de tes prunelles si sombres. De ces mêmes prunelles qui l'accusent et le rejettent presque. Car ce soir tu laisses enfin éclater toute ta rancœur, ton amertume et ta douleur. Émotions face auxquelles Crisis se sent désemparé pour la première fois depuis longtemps. Pas seulement parce qu'il ne sait comment réagir, mais aussi parce qu'il ressent une violente culpabilité l'étreindre. Tout est de ta faute ..!

Je suis venu te voir, alors que je t'avais déjà arraché ta famille. Je suis venu plaider ma cause, je voulais que tu lui fasses entendre raison. Je voulais que tu me la ramènes, je pensais que toi tu y arriverais. Je ne comprenais pas, tu sais, pourquoi elle m'avait si soudainement tourné le dos. Je n'arrivais plus à l'approcher et j'avais mal, si mal .. Mais toi aussi et j'en ai fais fis. Mais elle aussi et je n'y ai pas pensé. J'ai fermé les yeux et j'ai tué. Encore. Croyant que tout s'arrangerait ..

Et cette fois il est trop tard, trop tard pour rattraper, trop tard pour fuir encore aussi. Et tu viens coller ton chanfrein contre le sien. Et il se refuse à reculer face à ce contact. Ca fait si longtemps que vous ne vous êtes pas approchés à moins de deux mètres et ça vous rappelle vos lointaines années d'amitié, n'est-ce pas ? Pourtant tes mots sont durs, le Solstice, ils blessent, arrachent le coeur de ton frère de coeur. Le bai souffre de sa perte mais aussi de la tienne et ce depuis toujours. Tu étais son pilier, le rire qui lui manquait et l'autre moitié de son unité. Crisis ronflait lourdement des naseaux, sans aucune menace néanmoins, cela ressemblait plutôt à un ronflement inquiet et trop rapide. Sans doute son coeur battant fort en était la cause. « Je n'essaye pas de t'éliminer » sut-il alors simplement répondre en désespoir de cause. Car tu le hais sans doute pour toute la douleur qu'il t'a causé, mais tout comme tu ne peux l'abattre, lui ne sait pas se décider à mettre fin à tes jours. Unité devenue complexité.

« J'étais encore trop jeune pour le sauver ! Que voulais-tu que je fasse ? Que je manipule son esprit ? De quoi m'accuses-tu, Luce ? J'aurais sauvé ton fils si je l'avais pu ! »

L'étalon gratte le sol de son sabot, le fait claquer sur une autre branche, arrache une touffe d'herbe puis cesse enfin de remuer. Non, il en est certain, il n'aurait jamais pu le sauver. Il était trop jeune à ce temps-là, trop jeune pour faire quoi que ce soit pour lui. Il était obligé de le tuer, personne n'aurait eu le courage de le faire sinon. Si seulement .. Si seulement ce poulain était né plus tard, peut-être aurait-il pu ..? Même si son pouvoir était puissant aujourd'hui, il ne comprenait pas ce que son ancien ami sous-entendait et cela le perturbait. Car contrairement à ceux que tous semblent penser, tuer ce petit poulain noir n'a pas été une partie de plaisir et ce souvenir est sans doute celui qui le hante le plus souvent et le plus cruellement. « Arrête, tu mens Lucian ! Tu mens, je ne suis pas un monstre ! C'était ton fils ! Comment aurais-je pu ..? » Oui, comment as-tu pu Crisis, je te le demande .. Comment as-tu pu faire ça ? « J'ai été obligé d'utiliser mon pouvoir pour l'attirer ailleurs et .. et tu ne sais pas quel danger il était ! Tu n'as pas vu son esprit, tu n'as pas vu quel être il était ! J'ai fais ce que je devais faire. » Cette fois l'étalon ploie, le coeur vrillé sous les souvenirs qui l'accablent. Il a la sensation que ses membres tremblent sous lui, car il y a du remous en lui, comme une implosion qu'il ne sait contenir.

Ton fils était un être étrange, un hybride comme je n'en avais jamais croisé. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, tu n'as pas eu de chance, mon frère. Les dieux devaient être contre toi. Mais j'ai vu dans son esprit qu'il était né pour tuer. Son pouvoir, trop puissant à son plus jeune âge, était un danger pour tous. Il nous aurait anéanti, j'en étais certain. J'ai du mal à l'atteindre, tu sais, malgré mon expérience. J'ai souffert d'entrer dans sa tête, souffert de le manipuler. Je n'avais pas le choix .. mais je n'ai jamais souhaité te dire cela. Comment aurais-je pu ? Sonja et toi l'aimiez tant, je vous l'avais déjà arraché .. J'ai préféré me taire, à tord.

Il se sent désœuvré face à ta douleur. Il la ressent comme si c'était la sienne, ton esprit sombre et pleure tant qu'il l'entend, le vit comme si c'était lui-même. Son propre esprit essaye de se protéger en se projetant autour de lui, entre les arbres dont les ombres sont devenues plus obscures encore. Au fil des années, son pouvoir s'est étendu, est devenu plus puissant, il l'étend à d'autres espèces, sans pouvoir réellement les contrôler tout aussi bien que les chevaux. Néanmoins ce soir, la terre entend cet appel. Quelques animaux sortis de leur terrier s'approchent aux alentours, se dressent entre les buissons et les troncs. Vos pouvoirs risquent de vous détruire, alors qu'une Catastrophe plane déjà.

« Pourquoi ne m'as-tu jamais dis pour Renza ? Tu aurais du m'expliquer ! Peut-être que ça aurait changé quelque chose, que j'aurais agi autrement ! » Sa propre douleur s'exprime au milieu de tout cela et il ne sait plus où sont ses émotions des tiennes. Son encolure est contractée, ses membres solides plantés au sol, ses épaules saillantes. Il respire profondément, ses longs crins sombres en travers de sa tête fine. « Je suis désolé pour Sonja, jamais je n'ai voulu ça pour elle. Jamais je n'ai souhaité détruire ta famille. »

_________________
THE SHADE 
Il est certes effroyable de vivre quand on n'y arrive plus, de mourir quand on préférerait vivre .. mais ne serait-il pas plus épouvantable encore d'être immortel quand on mériterait de mourir ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Endless ~ Prio Lucian   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Endless ~ Prio Lucian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lucian
» [LoL] Lucian, le purificateur
» [CHAMP] Lucian, le Purificateur
» [Présentation] Lucian Blight
» [Refusé] [Mage Arcane] Tweenty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Medicis Shadow :: † LES ANCIENS OUVRAGES :: Archives Rps V.1-
Sauter vers: